L’argentine et ses fantômes

Court résumé: Jana est sculptrice d’origine mapuche. Ruben est un détective spécialisé dans la recherche de disparus. Le meurtre de Luz, travesti et connaissance de Jana, et la disparition d’une jeune photographe, fille d’un homme d’affaires, vont réunir ces deux personnages. 

Mon avis: Caryl Ferey profite de ce polar pour nous faire découvrir un pays avec ses paysages, ses coutumes et surtout son histoire. Et là en l’occurrence, l’histoire humaine de l’Argentine, hantée de vieux fantômes cachés dans les placards de la mémoire collective et que seules les « Mères de la Place de Mai » permettent de ne pas les enterrer définitivement.

Avec pour seul point commun, un passé douloureux, qui en font des écorchés vifs, affamés de vengeance, deux personnages vont se lancer dans une quête de vérité nécessaire à leur apaisement. Ruben et Jana vont nous entraîner alors dans le monde omniprésent du pouvoir et de la corruption de ce pays d’Amérique du Sud.
J’ai beaucoup apprécié l’atmosphère présentée par Caryl Ferey, qui joue à la fois le rôle de spectateur mais aussi celui de militant.

L’écriture, parfois violente, est agréable et le récit jalonné d’évènements et de scènes d’action, ce qui en fait un roman dynamique et accrocheur. Ceci sera à confirmer avec d’autres livres, mais Caryl Ferey fait une belle entrée dans la liste de mes écrivains de polars français, grâce à son intrigue percutante sur fond de réalité cruelle.

Gallimard 450 pages

17/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s