Déchirements amoureux au temps des cathédrales

Court résumé: Au moyen âge à Paris, la bohémienne Esmeralda,  amoureuse éperdue du capitaine Phoebus, va être condamnée à mort pour meurtre et sorcellerie. C’est sans compter sur Quasimodo ,le monstrueux sonneur de cloches et son père adoptif Frollo, l’archidiacre tourmenté, qui vont tout faire pour modifier l’histoire.

Mon avis: Les différentes versions que je connaissais (dessin animé, comédie musicale…) présentaient  « Notre Dame de Paris » comme un conte pour enfants teinté d’eau de rose mais l’original n’a rien d’enfantin.

L’univers sombre et de mauvaise augure du monument survole constamment les tribulations amoureuses des différents personnages.
Victor Hugo utilise d’ailleurs les désirs amoureux de chacun pour diriger les évènements multiples de son histoire. Les réactions des protagonistes sont irréfléchis et inconscients tant ils sont dictés par l’amour aveugle. Le drame a trouvé sa source et l’auteur peut nous manoeuvrer… 
Dans les différents chapitres qui passent de l’un à l’autre, notre perception des acteurs va alors constamment évoluer. Frollo l’archidiacre torturé, Quasimodo le monstre simplet, Esmeralda la bohémienne amoureuse transie, Phoebus le capitaine bête et indifférent, vont tour à tour nous émouvoir, nous offusquer, nous énerver, nous passionner. Ce panel de sentiments va donc nous secouer durant toute cette aventure.

Le style est parfait si l’on exclut les dizaines de pages abrutissantes de description consacrées à la cathédrale et surtout à la ville de Paris. En mettant donc de côté le « livre troisième », ce roman est passionnant de bout en bout. J’avais souvent entendu dire par des connaisseurs que Victor Hugo était le plus grand, et ce n’est pas avec ce livre que je vais me permettre de les contredire!

Rencontre Lausanne 552 pages

18/20

Publicités

"

  1. JESSICA dit :

    Victor Hugo, l’un de mes auteurs préférés. C’est vrai que la description de la cathédrale…c’est lourd lol. Mais j’ai été très touchée par cette histoire d’amour déchirante. Mais pour moi, le chef d’oeuvre de Hugo reste les misérables 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s