Découverte bouleversante

Une vie entre deux oceans

Rescapé de la grande guerre, Tom Sherbourne revient en Australie où il devient gardien de phare. Avec sa femme, il coule des jours heureux lorsqu’un événement va venir contrarié leur tranquillité.

La question que je me suis posée à la fermeture d’ « Une vie entre deux océans » est : Est-ce que les éditeurs ont lu cet ouvrage avant de le mettre sur le marché ? Car lorsque je l’ai eu pour la première fois entre les mains, j’ai levé les yeux au ciel et le dépit s’est emparé de moi. Visuellement, ce livre dégoulinait de niaiserie. Le titre et le dessin de la couverture choisi pour l’illustrer n’augurait rien de bon : une bonne vieille histoire d’amour à l’eau de rose…tout ce que je déteste.
Dès les premières pages tournées timidement, ma grande inquiétude a volé en éclats. J’ai été absorbé par l’histoire au point de littéralement dévorer les chapitres. L’auteur a su créer une fresque autour de l’attachement du couple et de l’amour maternel. Elle a mis en exergue qu’en amour, la vie peut devenir insupportable lorsque les intérêts de chacun s’opposent. Le déchirement des relations m’a pris au cœur et j’ai été bouleversé par les personnages, emplis de sentiments véritables. Le déroulement des événements, la succession de déceptions, la complexité des décisions et la dureté des conséquences ont déclenché une grande vague d’émois sur ma lecture. Les protagonistes sont dévastés par leurs émotions exacerbées et plus le livre avançait, plus le drame semblait s’épaissir. Jusqu’au bout le dénouement de l’histoire est resté incertain, et ce suspense m’a vraiment tenu en haleine.
Les lecteurs qui s’attendaient à un roman «qui fait du bien » comme la couverture le laissait présager, ont dû être déçus. Cet effet de surprise a eu un effet contraire sur moi et je me suis délecté de cette histoire sombre et terriblement captivante. J’ai émergé de cette aventure entre deux océans avec une boule au creux de l’estomac qui me laissera un souvenir profond à la fois d’amour et de désolation. A l’instar de « Les Hauts de Hurlevent », l’amour semble plus fort quand il est cruel.

Le livre de poche 521 pages

17/20

Ce roman fait partie du prix des lecteurs Livre de poche 2015

Publicités

"

  1. manU dit :

    Un excellent souvenir de lecture pour moi ce livre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s