Du Caryl Ferey…

Condor

Court résumé: Un jeune garçon sans histoires est retrouvé mort d’overdose dans les bas-fonds de Santiago. Gabriela, vidéaste mapuche militante, veut comprendre et fait appel à Esteban, avocat des causes perdues, pour essayer de percer ce mystère.

Mon avis:

Merci lecteurs.com et Série Noire pour cette lecture

Cela faisait quatre ans que j’attendais le nouveau Caryl Ferey…et quatre ans c’est long !
Dans les premiers opus, il avait emmené le lecteur en Nouvelle Zélande et en Afrique du Sud. Cette fois, il semble avoir trouvé une terre d’inspiration en Amérique du sud car il nous emmène au Chili, à quelques kilomètres de l’Argentine, où se déroulait son précédent livre « Mapuche ». On y découvre un pays partagé entre la grande richesse et l’extrême pauvreté, un pays gangrené par la drogue et surtout un pays qui subit l’héritage laissé par son histoire récente. En effet, vous le savez si vous avez déjà lu un de ses romans, Caryl Ferey construit à chaque fois son aventure sur les cendres du passé. On apprend donc beaucoup de renseignements sur le plan Condor, plan mis en place par le dictateur Pinochet dans les années 70 pour traquer les dissidents du régime. Mais c’est surtout les séquelles de ces drames que l’auteur veut dénoncer. Il veut nous montrer que la situation actuelle du pays découle d’une origine et surtout qu’il y a des coupables à tout ça.

Et pour donner la chasse à ces enfoirés, rien de plus efficace que des personnages torturés qui n’ont pas grand-chose à perdre. Cette fois, les deux protagonistes viennent de deux milieux opposés mais sont tous les deux gravement traumatisés par la vie. Ils vont être réunis par leur altruisme commun et leur besoin de justice. Ils sont traités en profondeur et avec une certaine bienveillance et j’ai éprouvé une grande empathie pour ces écorchés. Je les ai donc suivis des ruelles sombres des quartiers malfamés de Santiago jusque dans les grandes étendues du désert d’Atacama à la poursuite des démons du passé.

Vous pouvez vous lancez les yeux fermés car comme à son habitude, Caryl Ferey a su faire cohabiter une atmosphère suffocante, un scénario entraînant, des scènes d’action renversantes et des personnages travaillés. Avec une écriture toujours aussi exigeante et un gros travail de recherches, il a surtout fait passer son message politique et continué son combat contre les oppressions.
Caryl Ferey est un défenseur des plus faibles qui utilise sa plume acérée pour rouvrir les vieux dossiers et juger les ordures de ce monde. C’est la raison pour laquelle ses romans sont si forts et si marquants. Ils sont captivants et ils laissent une trace dans la mémoire du lecteur grâce à leur part de réalité dévoilée.

Même si celui-ci est moins abouti et plus caricatural que les précédents, je suis fan, donc pas totalement objectif!

J’ai eu la grande chance de rencontrer Caryl Ferey, en tête à tête, pour le site lecteurs.com durant les Quais du Polar à Lyon…alors jaloux ? Mes impressions et la vidéo arrivent bientôt !

Gallimard Série Noire, 411 pages

16/20

Publicités

"

  1. Voici un auteur que je devrais découvrir !
    Belle chronique pour ce livre et cet auteur ! Merci.

    Aimé par 1 personne

  2. Lord Arsenik dit :

    Excellent roman qui nous prend aux tripes.

    Aimé par 1 personne

  3. […] pouvez aller voir la Conversation privilégiée d’Antony avec Caryl Férey sur lecteurs.com et la chronique d’Antony sur son […]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s