Et ça continue…

Rome brule

Court résumé: Samouraï, le chef des mafias est en prison. Son représentant, Sebastiano, doit le seconder sur le terrain, lorsque le Pape annonce un nouveau Jubilé, l’occasion du lancement de grands travaux publics.

Mon avis:

Merci aux éditions Métailié pour cette lecture!

Ce livre est la suite de « Suburra ». Et comme je l’avais affirmé à la fermeture de l’opus précédent, je pensais que cette histoire mériterait une série télévisée, tant le contexte est foisonnant. Je me faisais donc une joie de poursuivre l’aventure dans le monde mafieux.

On se retrouve d’ailleurs dans un environnement identique, les quartiers de Rome. Mais les acteurs ne sont plus les mêmes. En effet, sans spoiler la fin de l’épisode 1, beaucoup de protagonistes ne sont plus en mesure d’imposer leurs décisions. Les rôles ont donc été modifiés et les petits d’hier sont devenus les grands d’aujourd’hui. Mais si le pouvoir a changé de mains, il n’en reste pas moins toujours aussi partagé. Il navigue toujours entre les politiques, les gangsters, et les religieux.
Je me suis donc replongé dans ces sociétés, qui sévissent en dehors de la vie du peuple et qui manigance en toute discrétion. Tout est une nouvelle fois affaire d’argent et de pouvoir et chacun se donne tous les moyens pour flatter ses intérêts personnels. Ainsi, les différents protagonistes usent de leurs influences pour faire fléchir l’autre et cela jusqu’au drame. Et le drame entraînant d’autres drames, le rapport de force est continuellement bouleversé.

Ce deuxième volume est un peu moins violent et la corruption se manifeste beaucoup plus par le dialogue dans les bureaux que par la force dans la rue. J’ai pris autant de plaisir à suivre ces nouvelles manigances plus politiques. Comme dans une série (ou je sais, j’insiste!), j’avais hâte de connaître le déroulement et je me suis attaché à tous ces personnages, qui peuvent aussi bien être diaboliques qu’attendrissants.
Giancarlo De Cataldo et Carlo Bonini ont su, cette fois encore, recréer une fiction addictive sur un milieu qui me fascine. Mais quand j’assemble ces romans sur la mafia italienne avec celui d’Olivier Norek sur nos quartiers français et celui de Roberto Saviano sur le trafic de cocaïne dans le monde, sachant que tous sont basés sur des faits réels, je me fais un petit de soucis quant à tout ce qui se passe autour de nous!

Métailié Noir 293 pages

16/20

Publicités

"

  1. Mokamilla dit :

    Pas spécialement tentée par ce thème, mais je vois que tu es conquis !

    Aimé par 1 personne

  2. […] « Rome brûle » de C. Bonini et G. De Cataldo chez Métailié Noir: infos ici et ma chronique ici […]

    J'aime

  3. […] « Rome brûle » de C. Bonini et G. De Cataldo chez Métailié Noir: infos ici et ma chronique ici […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s