Léger polar ibérique

Court résumé: Le parti des adorateurs de Franco a remporté les élections. Mais l’affaire des bébés volés est dévoilée. Diego Martin, un présentateur de radio, se retrouve sur le devant de la scène pendant qu’une série de meurtres est perpétrée.

Mon avis:

Merci aux éditions Le Livre de poche pour cette lecture!

On imagine vite le thème abordé lorsque l’on se retrouve avec ce petit livre entre les mains. Sa couverture représentée par un berceau peint en rouge et jaune et son titre issu d’une chanson de Manu Chao, laisse présager une aventure ibérique sur fonds de maternité. Et c’est le cas.

Marc Fernandez nous propose un polar empreint de ses origines espagnoles. On va découvrir des personnages engagés qui vont mettre le doigt sur un secret bien gardé de l’Histoire du pays. Ils vont alors s’impliquer avec détermination pour dévoiler au monde ce drame national que constitue le vol de bébés sous l’ère Franquiste. Personnellement, je n’avais pas connaissance de cette tragédie. J’ai tout de suite été séduit par l’idée de fouiller dans le passé tourmenté.

Malheureusement, les promesses d’un polar plein de révélations ne sont pas tenues. Le sujet, pourtant grave, est survolé. Les grandes lignes sont répétées mais on ne rentre jamais en profondeur pour étoffer la matière. Les protagonistes sont caricaturaux et l’enchaînement des évènements est assez prévisible. Il y avait le potentiel historique pour en faire une grande aventure mais tout va très vite et on passe à côté du sujet. C’est efficace en terme de rythme, beaucoup moins en terme de consistance.

Marc Fernandez a le mérite de nous ouvrir les yeux sur ce mystère, véritable tabou d’un pays qui semble vouloir se défaire de son passé peu glorieux. Seulement la forme trop superficielle de l’approche, rend ce court roman un peu trop lisse et trop inoffensif. Je le conseille donc comme une lecture légère au bord de la plage (ou ailleurs, c’est vous qui voyez !). Vous passerez un moment plaisant, sans prise de tête, mais aussi sans grande exaltation. Ma déception s’explique aussi parce que j’avais mis beaucoup d’espoir dans ce roman au thème intrigant et dans cet auteur sympathique.

Le livre de poche, 281 pages

13/20

Publicités

"

  1. Cat dit :

    Figure-toi que j’avais repéré, il y a quelques temps ce roman… Et puis oublié. Le sujet des enfants volés d’Espagne est un sujet qui m’intéresse et j’ai écrit des choses sur le sujet… Merci pour le rappel. Je le note cette fois-ci. Une belle journée!

    Aimé par 1 personne

  2. Il me tente depuis un bail mais voilà c’est comme tous les autres que je n’arrive pas à lire ;-).

    Aimé par 1 personne

  3. alexmotamots dit :

    Noté pour cet été, alors.

    Aimé par 1 personne

  4. Cat dit :

    Je viens de le terminer. J’ai adoré. Bonne soirée à toi…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s