Amour adolescent

Court résumé: Lors d’une interview, Philippe Besson fait la connaissance du fils d’un de ses anciens camarades d’école. Cette rencontre va raviver les souvenirs d’un amour perdu…

Mon avis:

Je remercie les éditions Julliard pour cette lecture!

Cela faisait un moment que je souhaitais découvrir Philippe Besson. Seulement, il fait partie de ces auteurs qui sortent un livre tous les ans. Et la productivité en littérature me repousse toujours un peu. J’ai peur que la quantité prenne le pas sur la qualité. Mais suite à la lecture de différentes chroniques plutôt enthousiastes, j’ai capitulé, et ai donc ouvert sa dernière création.

L’auteur nous le raconte, il n’a pas l’habitude d’écrire des histoires autobiographiques. C’est donc un texte un peu spécial pour lui, qui lui tient à cœur. Et comme il l’affirme sur la quatrième de couverture (que je n’ai lu qu’après !), ce livre ne contient aucune rancune, aucune colère, aucun règlement de compte, juste de l’amour.

Je ne suis pas adepte des histoires d’amour, qui sont souvent trop mièvres ou trop caricaturales. Si vous êtes comme moi, ne fuyez pas et laissez-vous tenter ! Parce que cette histoire nous sensibilise avec délicatesse au rejet et à la clandestinité liés à l’homosexualité. Mais surtout parce que ce petit ouvrage est une boule d’émotion. J’ai rarement rencontré un récit qui retranscrit aussi bien ce que peut représenter l’amour lorsque l’on est adolescent. C’est simple, sans fioritures, sans grandes déclarations, sans niaiseries, tout simplement beau. Il s’en dégage des sensations folles. On est constamment baladé entre toutes sortes de sentiments. Philippe Besson nous fait sourire avec des moments attendrissants, il nous fait rêvasser avec ses souvenirs pleins de tendresse, il nous émeut avec moments durs, pour finalement nous laisser au bord des larmes.

J’ai été conquis par cette première approche de l’œuvre de cet auteur. Philippe Besson apparaît extrêmement touchant dans ce récit. Sa plume est fluide et très agréable.  La justesse du propos sonne juste et c’est cette honnêteté qui prend le lecteur au cœur. Même en étant prévenu, il est difficile de ne pas être bouleversé par ce roman.

Julliard, 194 pages

17/20

Publicités

"

  1. lorenztradfin dit :

    Merci – j’avais bcp hésité à plusieurs reprises de l’acheter – je le mettrai sur la pile finalement (une fois les livres du Prix France Inter lus). Tu donnes envie !

    Aimé par 1 personne

  2. Quaidesproses dit :

    Je l’ai dans ma PAL, va falloir que je le mette dans mes prio ! Tu m’as complètement convaincue.

    Aimé par 1 personne

  3. jostein59 dit :

    Contente qu’il t’ait plu. L’honnêteté se ressent et émeut le lecteur.

    Aimé par 1 personne

  4. Cat dit :

    J’ai lu « Vivre vite », un roman chorale. C’était pas mal. Je note celui-ci. Une belle journée à toi!

    Aimé par 1 personne

  5. alexmotamots dit :

    Chic, il m’attend dans ma PAL !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s