Psycho, parano, schizo!

Court résumé: Patrick Bateman, un golden boy de Wall Street, passe ses journées avec ses amis beaux, intelligents et riches comme lui. Mais en dehors des restaurants chics, des boites branchées, des lignes de cocaïne, Patrick Bateman est un psychopathe, qui tue, torture ou viole. 

Mon avis: Autant Bret Easton Ellis m’avait profondément ennuyé avec « Moins que zéro », autant il m’a enthousiasmé avec « American Psycho ».

Le style d’écriture qui était le point faible de son premier roman devient le point fort de celui-ci. Ce style lourd et répétitif permet de créer cette atmosphère aseptisée où évolue le narrateur psychopathe. Il n’est qu’un pion qui obéit instinctivement aux règles de vie dictées par le monde de la finance. Plus sa vie s’enfonce dans la monotonie et l’indifférence, plus ses crimes sont cruels et fréquents. Il semble tout simplement prendre dans ses meurtres les libertés que son univers lui a confisquées.

Malgré des descriptions matérielles pesantes, le texte m’a entraîné avec force dans l’esprit malade et confus de Patrick Bateman. Seuls les quelques chapitres décrivant avec moult détails les impressions du narrateur sur les albums d’artistes (Whitney Houston, Génésis…) m’ont paru superflus, mais le tout reste une expérience unique, qui bouleverse les codes et qui m’a marqué au fer rouge!

10/18 (poche) 527 pages

17/20

Publicités

"

  1. Zina dit :

    Je me dis qu’il faudrait que je le lise un jour, mais en fait il me fait un peu peur ce livre ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s