Triste humanité

Les enfants du jacaranda

Court résumé: 1983, Téhéran: Evin donne naissance à sa fille en prison, Omid assiste à l’arrestation de ses parents…Vingt ans plus tard, ces enfants de prisonniers vivent leurs propres destins.

Mon avis: Sahar Delijani nous fait revivre une partie sombre de l’histoire récente de l’Iran. A travers trois générations d’hommes et de femmes de ce pays, elle met au grand jour les destins tragiques réservés aux opposants du pouvoir. Sous le joug de l’extrémisme politique et religieux, ces personnes éprises de liberté ont été confronté, à différentes époques, à la rigidité et à la cruauté des « redresseurs de torts ».

L’auteur met en place une toile de fond des plus dramatiques, devant laquelle se révèlent des êtres d’une grande humanité. Les émotions sont exacerbées par le danger perpétuel, les liens se créent dans la douleur. La famille, l’amitié et l’amour deviennent les seules armes permettant sinon de combattre mais au moins de vivre mieux dans cet univers de cauchemar.
J’ai compris qu’avec ce roman, Sahar Delijani voulait non seulement témoigner et dénoncer les méfaits dont elle a été victime, mais aussi démontrer le rôle prépondérant que joue le passé sur le futur. Les enfants subissent les résonances de leurs parents et héritent de leur douleur. Ainsi l’Histoire à venir est modifiée par le testament sentimental laissé par les anciens.

C’est un roman bouleversant autant par la souffrance que par l’indignation qu’elle procure. J’ai été emporté par ces sentiments qui ne sont finalement que les fondamentaux de la révolution. « Les enfants du Jacarandas » sont de terribles pages de l’Histoire mais de belles pages d’humanité. Un livre libérateur pour l’auteur, nécessaire pour le lecteur, mais profondément triste. J’ai donc été soulagé de sortir de cet enfer et de revenir à mon quotidien.

Le livre de poche 356 pages

16/20

Ce roman fait partie du prix des lecteurs Livre de poche 2015

Publicités

"

  1. Yuko dit :

    belle critique qui nous donne très envie de lire le livre. Je le note pour plus tard.

    J'aime

  2. Je pense que je le lirai 🙂

    J'aime

  3. Caro dit :

    Cette chronique me donne envie de lire ce titre !

    J'aime

  4. Merci de me suivre !
    j’espère que mes articles vous plairont, n’hésitez pas à me faire part de vos avis !
    bonne journée !

    J'aime

  5. jostein59 dit :

    Le côté dramatique me fait un peu peur mais c’est sûrement une vision instructive de ce pays.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s