Choc des cultures

un-fils-en-or

Court résumé: Anil est un jeune Indien qui doit partir aux États-Unis pour continuer ses études ses études de médecine. Il va donc connaître un nouveau monde en gardant un lien avec son pays d’origine.

Mon avis:

Merci aux éditions Folio pour cette lecture!

J’avais juste entrevu quelques bonnes critiques de ce roman sur la blogosphère lorsqu’il a atterri en mes mains. Je ne savais vraiment pas quoi attendre de cette expérience indienne. Mais dès les premières pages, j’ai vite été rassuré.

Plus qu’un pays, c’est une culture qui est décortiquée tout au long de ce livre. On va découvrir le mode de fonctionnement de ces contrées très éloignées de nos standards européens. Dans les coutumes indiennes, tout doit être fait selon certaines règles, souvent strictes. Le personnage principal, expatrié en Amérique, va alors faire le constat des différences qui peuvent exister entre les deux mondes. Mariages arrangés, violences conjugales, jugements hâtifs d’un côté du globe et racisme ordinaire, ambitions exacerbées de l’autre côté.

Cette aventure pose aussi la question de l’expatriation. Même après plusieurs années, installé aux États-Unis, « pays de la liberté » (j’ai mis des guillemets !), Anil ne se sent pas chez lui. Son quotidien médical et occidental, qui fait la part belle à la compétition, le rappelle toujours à sa différence et sa condition d’étranger. Et quand il rentre à la maison familiale avec son œil neuf, il constate les incohérences et la violence de sa patrie natale. Sans être jamais complètement intégré dans son pays d’accueil, il s’éloigne aussi significativement de sa terre d’origine. Cette sensation est d’ailleurs bien résumée page 328: « Il habitait deux pays mais n’était accepté par aucun »… Étranger dans l’un, touriste dans l’autre !

Dans la même veine qu’ « Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie, mais un peu plus efficace et moins longuet, j’ai eu un coup de cœur pour ce livre de Shilpi Somaya Gowda. Elle a su, grâce à ce texte débordant d’humanité, mettre en exergue le poids des traditions omniprésentes dans les communautés. Avec beaucoup de tendresse et de subtilité, elle m’a sorti de mon quotidien assez libre en somme, afin d’ouvrir mon esprit sur d’autres cultures insoupçonnées.

Folio 527 pages

17/20

Publicités

"

  1. Curieuse de découvrir ce roman. Dans le même genre je lis L’Odeur de Radhika Jha où Lîla, jeune Indienne ayant toujours vécu au Kenya, est envoyée chez son oncle en banlieue parisienne après la mort de son père. Là aussi, un choc de cultures.

    Aimé par 1 personne

  2. Ce n est pas le genre de lecture qui m’attire habituellement mais ton résumé et ton avis m’ont donné envie de sortir de mes retranchements et de tenter l’aventure…

    Aimé par 1 personne

  3. Caro dit :

    J’avais eu moi aussi le coup de coeur pour ce livre !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s