Action et réflexion

Court résumé: A Berlin, un homme se réveille dans les couloirs du métro. Il a perdu la mémoire et ne se souvient de rien. Le prénom Noah, tatoué dans sa main est le seul lien avec sa vie oubliée…

Mon avis :

Merci aux éditions L’Archipel pour cette lecture!

Je connaissais de nom Sebastian Fitzek, cet auteur allemand réputé pour ses thrillers angoissants. Pour ce nouvel opus, je le découvre dans un autre registre. Il nous propose une histoire qui tend plus vers le roman d’espionnage que vers le tueur en série.

Sur la forme, je suis assez convaincu par cette quête d’identité sur fonds de complot international. L’intrigue est dans la même veine que « La mémoire dans la peau » (le film parce que je n’ai pas lu le livre), pleine de mystères et de rebondissements qui en font une aventure vraiment efficace. On passe d’un personnage à un autre avec des chapitres courts et tous ces destins vont se liés au fur et à mesure. L’écriture de Sebastian Fitzek est fluide avec un rythme toujours soutenu. De fait, on ne s’ennuie jamais et ce gros roman se lit très vite.

En revanche, j’ai un avis paradoxal sur le fonds du roman. Lors de certains monologues ou dialogues, on assiste à des propos extrêmement bien travaillés, fouillés et documentés sur la condition humaine et sur notre situation environnementale. Ces passages sont très enrichissants parce qu’ils mettent le doigt sur des réalités peu rassurantes. J’ai l’impression d’avoir appris des choses au sortir de cette histoire, sur l’écologie, la pauvreté, les maladies, qui m’ont éclairé sur notre monde actuel. Cependant, même si l’auteur s’en défend dans son épilogue, il s’avère malgré tout, que tout ce déballage de convictions devient un brin moralisateur, donneur de leçons. Sur la longueur, c’est légèrement agaçant. Il manque peut-être de nuances pour paraître moins manichéen et ajouter de la crédibilité au discours.

Mais ne vous arrêtez pas à cette broutille (je cherche la petite bête !), et profitez de cette aventure, qui en dépit de ses facilités et de ses « déjà vus », est un livre très entraînant. Il ravira les lecteurs adeptes d’action et de baston et ceux qui recherchent un authentique page-turner !

L’Archipel 400 pages

15/20

Publicités

"

  1. alexmotamots dit :

    C’est ce que je reproche à l’auteur : ses premiers romans étaient passionnants, mais les suivants ont un goût de déjà lu.

    Aimé par 1 personne

  2. Nathalie M dit :

    j’ai lu un Fitzek il y a longtemps mais je n’ai pas du tout accroché… et aucune envie de retenter le coup malgré ton avis qui est somme toute plutôt bon 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Lord Arsenik dit :

    J’ai lu et apprécié 3 ou 4 romans de Fitzek, je me ferai donc un plaisir de me laisser tenter par celui-ci.

    Essaye Thérapie si tu veux persévérer avec cet auteur 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Pleack dit :

    Pour ma part c’est un de mes auteurs préférés ^^
    Et Thérapie est effectivement incontournable, j’ai personnellement adoré la série Zorbach (Le voleur de regards – Le chasseur de regards)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s