Une  recette qui fonctionne

Court résumé: Pendant un blackout à Rome, un tueur va entrer en action. Marcus, le pénitencier va échapper de justesse à ce bourreau. Aidé de Sandra, la photographe de la Criminelle, il va se lancer à sa poursuite…

Mon avis:

Merci aux éditions Calmann-Levy pour cette lecture!

« Tenebra Roma » est le troisième volume de la série du Tribunal des Ames. Le décor reste identique et on n’est pas dépaysé. Seulement, pour cette aventure d’une nuit, Rome est en train de subir un blackout qui plonge la ville dans le chaos. L’atmosphère est donc sombre et imprévisible. On y retrouve les deux personnages principaux si différents et pourtant si proches. Au fil des épisodes, l’auteur lève le voile sur leurs personnalités, même s’ils restent vraiment mystérieux.

Alors non, le nouveau Donato Carrisi n’est pas exempt de tout reproche. Une nouvelle fois, il est question de meurtres en série, teintés de religion et d’ésotérisme. En suivant les pistes des crimes,  les deux  héros se retrouvent embarqués dans la même galère qui va leur permettre de sortir au grand jour une imposante machination qui les dépasse complètement. Comme souvent, le narrateur utilise des raccourcis parfois faciles et n’est jamais avare de clichés. Les ingrédients qui faisait la réussite de l’épisode précédent, sont recyclés à l’identique. Il pousse même la ressemblance à employer l’amnésie de Marcus afin de se faciliter la tâche quant à la complexité du scénario.

Vous aurez donc compris que vous ne trouverez pas d’originalité dans cet opus mais simplement l’application d’une recette qui a déjà fait ses preuves. Mais allez savoir pourquoi, ça fonctionne toujours sur moi ! Ces petits défauts, qui pourraient m’agacer chez d’autres, n’ont entravé en rien le plaisir que j’ai pris à la lecture de ce nouveau Carrisi. C’est peut-être grâce aux protagonistes atypiques qui se dévoilent petit à petit au fil des épisodes ou grâce à cette histoire à tiroirs qui nous surprend jusqu’au bout, mais j’ai encore pris un vrai plaisir à me laisser berner.

Je ne sais pas s’il est préférable d’avoir déjà lu une aventure de Marcus et Sandra, pour pouvoir mieux savourer l’ensemble. Dans ce cas-là, vous ne vous ennuierez jamais, vous profiterez de l’évolution des personnages mais vous risquez de reconnaître les ficelles et d’être un peu moins emballé. Et au contraire, si c’est votre première fois avec ce grand auteur italien, vous aurez la chance d’être novice et de tomber dans le panneau à coup sûr. Les deux options ont le mérite de vous faire passer au lecteur un moment plein de suspense malsain dans les quartiers sombres de Rome.

Calmann-Levy, 299 pages

20.50€

16/20

Publicités

"

  1. Salut Anthony, je te souhaite une bonne et heureuse année. Merci pour cette chronique j’ai hâte de découvrir Donato Carrisi.

    Aimé par 1 personne

  2. lebouquinivre dit :

    Pour ma part, c’était ma première avec les deux protagonistes et avec M. Carrisi. Et comme tu l’écris ça a très bien fonctionné avec moi!
    Quelle atmosphère!

    J'aime

  3. J’ai lâché Carrisi juste après Le chuchoteur… Va p’t’être bien falloir que je m’y remette !

    Aimé par 1 personne

  4. roijoyeux dit :

    Bonsoir je me permets d’écrire, je viens de te découvrir via le « bouquin ivre » j’adore ta bannière!! … moi j’aime lire les polars et thrillers en particulier, mais tout autre livre si c’est fluide et bien écrit… bonne année à toi pleine de bonnes lectures j’espère !!!

    Aimé par 1 personne

  5. alexmotamots dit :

    Deux bonnes raisons d’apprécier cette lecture.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s